home accès à l’extranet newsletter search
 wikipedia
Découvrir Montmerle-sur-Saône

Marrons et vins chauds illuminations 8 décembre

les commerçants et artisans de Montmerle accueillent les montmerlois et les visiteurs place de l'Eglise autour des marrons chauds, vin et chocolat chaud. la fanfare du Pêle Mêle café anime cette joyeuse fête conviviale. un concours de vitrines est organisé pour l'occasion. tout ceci dans l'ambiance de la traditionnelle fête des lumières de la région lyonnaise. A Montmerle la chapelle des Minimes est aussi dédiée à la Vierge Marie et sa statue surplombe la chapelle et la Saône d'où on peut la voir.

En 1850, les autorités religieuses lancent un concours pour la réalisation d’une statue, envisagée comme un signal religieux au sommet de la colline de Fourvière. C'est le sculpteur Joseph-Hugues Fabisch qui réalise cette statue dans son atelier des quais de Saône. L’inauguration initialement prévue le 8 septembre 1852 est repoussée au 8 décembre en raison d'une crue de la Saône. Le jour venu, le mauvais temps va de nouveau contrarier les réjouissances : les autorités religieuses sont sur le point d'annuler l’inauguration. Finalement le ciel se dégage... Spontanément, les Lyonnais disposent des bougies à leurs fenêtres, et à la nuit tombée, la ville entière est illuminée. Les autorités religieuses suivent le mouvement et la chapelle de Fourvière apparaît alors dans la nuit. Ce soir là, une véritable fête est née ! Chaque année désormais, le 8 décembre, les Lyonnais déposent des lumignons à leurs fenêtres et parcourent les rues de la ville afin d'admirer des installations lumineuses exceptionnelles. à quoi correspond la date initiale du 8 septembre ? Une première église dédiée à la Vierge est construite à Fourvière en 1168. Elle est ravagée lors des guerres de religions qui opposent catholiques et protestants (1562). Restaurée, elle accueille les voeux successifs des habitants et des échevins face aux épidémies. Le 8 septembre 1643, les édiles et conseillers municipaux de l’époque (le prévôt des marchands et les échevins), montent à Fourvière pour demander à la Vierge Marie de protéger la ville de la peste qui arrive du sud de la France. Ils font le voeu de renouveler ce pèlerinage si Lyon est épargnée.